Médias, Qué pasa dans les médias

¿ Qué pasa dans les médias ? #Janvier

Janvier 2021… les fêtes de fin d’année sont passées mais la pandémie du Covid 19 est toujours présente. Elle bouleverse toutes nos habitudes et même les chiffres des médias  ! Selon Statista, les plateformes de streaming Netflix, Disney+ ou encore HBO Max devraient générer 71 milliards de dollars en 2021 versus le cinéma qui avait atteint en 2019 un record de 42,2 milliards de dollars contre seulement 12,4 milliards en 2020.  

Le grand écran détrôné

Les plateformes de streaming ont largement détrôné le grand écran en atteignant 34 milliards de recettes en 2020 contre 12,4 milliards de dollars pour l’industrie du cinéma.  

Regarder des films, séries en streaming ou à la télévision, arrive en tête des activités les plus pratiquées par les français pendant le confinement avec 57% de la population devant “surfer sur internet” qui arrive en 2e position avec 44% de la population suivi du maintien du lien social avec ses proches via les réseaux sociaux. Autant dire que ce secteur a su profiter de la crise sanitaire ! 

Source : Statista

D’autre part, les salles de cinéma, contraintes de rester fermées jusqu’à nouvel ordre se voient obligées de déprogrammer un bon nombre de blockbusters initialement prévus avant l’été 2021 (Morbius  a déjà été repoussé au mois d’octobre, et  No Time To Die, Black Widow, Cruella, Fast & Furious 9  ou  Infinite  pourraient bien suivre). Selon le centre d’analyses stratégiques Omdia, le box-office mondial pourrait retrouver ses chiffres de 2019 qu’en 2024.    

Pour 2021, les statistiques prévoient que les plateformes de streaming rapporteront près de 3 fois plus que les cinémas avec une prévision à plus de 100 milliards de dollars à l’horizon 2025. 

Vers une multiplication des plateformes de visionnage ! 

Avec le confinement, les abonnements aux différentes plateformes Vidéos à la Demande (VàD) se sont envolés et plus marginalement ceux aux télévisions à péage. A titre d’exemple, Canal+ a gagné 7,3 % d’abonnés dans les neuf premiers mois de 2020. Netflix arrive en tête avec une couverture de près de 50% des foyers utilisateurs suivi de près par Amazon prime vidéo avec 20% et par un 3e concurrent apparu en avril : Disney+, qui a immédiatement pris 15 % du marché. Plusieurs autres concurrents se partagent le reste du marché. 

Le succès est tel que les géants se tournent vers la proposition de packages à leurs utilisateurs. C’est le cas de Canal+ et Disney+ qui proposent l’accès aux deux plateformes au sein d’une même offre.   

Source  : boutique Canal+

Les plateformes de streaming, adroites en tous points 

La stratégie de rachat de films par Netflix 

Loin de se reposer sur ses acquis, Netflix prévoit d’acquérir de plus en plus de films privés de cinéma à cause des restrictions causées par la pandémie.  

Alors que la plateforme streaming n°1 en France a publié, ce 12 janvier, une vidéo exclusive listant les nouveautés à venir en 2021, d’autres films pourraient s’y voir ajoutés. En effet, le géant du streaming a su profiter de la fermeture des cinémas américains pour acquérir des films comme “La Femme à la fenêtre” de  Joe Wright (produit par la 20th Century Fox). Une occasion inespérée pour les studios incertains de voir un jour la sortie de leur film sur le grand écran.  

Difficile de se dire qu’il faudra attendre la réouverture des salles de cinéma pour sortir des œuvres prestigieuses, mais certaines maisons se sont lancé le défi de résister à l’offre de ce mastodonte. On retrouve notamment WarnerMedia qui a refusé l’offre de 200 millions de dollars pour la sortie du blockbuster  Godzilla vs. Kong d’Adam Wingard. Le studio, reste pessimiste quant à une sortie le 19 mai 2021 en France, mais qui pourrait potentiellement être mis directement en ligne aux Etats-Unis via HBO Max. 

L’événementialisation des sorties de films/séries 

Malgré une sortie unique en ligne pour certains films, les plateformes de streaming ne lésinent pas sur la communication en événementialisant la sortie de certaines nouveautés comme s’il s’agissait d’une sortie de film de cinéma !  

Tel fût le cas de la série Lupin ! La promotion a été faite via une communication originale par l’acteur principal, Omar Sy en personne. Une vidéo promotionnelle de la série a fait le buzz et projeté celle-ci sur le devant la scène ! 

Source : France Bleu

L’utilisation des Réseaux sociaux 

Les plateformes de streaming ont également compris l’importance du digital dans leur stratégie commerciale en prolongeant l’expérience des spectateurs sur les réseaux sociaux. En effet, pour que les utilisateurs puissent suivre les actualités de leur série préférée sur les réseaux sociaux, Netflix a notamment créé des comptes Instagram respectifs pour certaines séries et y publie du contenu de façon continue. Parmi celles-ci, on note la série Sabrina apprentie sorcière qui compte à ce jour près de 2,5 millions de followers très engagés sur chacune des publications. Les abonnés se montrent très friands de contenu complémentaire publié sur Instagram pouvant leur apporter plus d’informations sur la série (teaser, coulisses, quotidien des acteurs). Un moyen pour Netflix de générer du lien avec l’audience et de les garder en haleine sur les saisons à venir de leur série préférée. 

Une probable fin de l’ère du cinéma  ? 

Malgré la situation sanitaire actuelle, et la fermeture des salles de cinéma Claude Forest, professeur en études cinématographiques à l’ Université de Strasbourg, reste optimiste quant à leur devenir  en rappelant que ce n’est pas la première crise que subit le cinéma et qu’il a toujours su rebondir.  

Parmi ces crises, on retrouve l’incendie du bazar de la charité  en 1897 qui avait bien failli faire disparaitre le cinéma à tout jamais, l’effondrement économique de 1929, la montée en puissance de la radio dans les années trente, celle de  la télévision  à la fin des année cinquante, puis de  la vidéo  et  du numérique  30 ans plus tard, sans compter Internet et maintenant de multiples plateformes offrant des  services de vidéo à la demande.  

Le cinéma, une sortie culturelle populaire 

Le marché de la VàD a atteint un chiffre d’affaires de 1 218,9 M€ en octobre 2020 soit une croissance de 37,4% depuis janvier 2020. Entre la fermeture forcée des salles de cinéma et le couvre-feu, leur fréquentation a chuté de 62%. Mais ce n’est pas pour autant que les français se lassent de fréquenter ces fameuses salles obscures. Le marché a atteint son apogée en 2019 avec  213,3  millions d’entrées, le spectacle cinématographique demeure la sortie culturelle la plus populaire des français. Malgré un couvre-feu imposé et une offre réduite de films, ils étaient tout de même  plus d’un million à s’y rendre chaque semaine  durant l’été 2020. Les restrictions imposées en 2020 ont finalement peut-être davantage ancré cette pratique dans les sorties incontournables des français. En effet, les salles de cinéma permettent de sortir de chez soi pour un coût raisonnable et passer un bon moment en famille, en couple ou entre amis. La sortie au cinéma permet de partager une même émotion avec ses proches tandis que l’écran domestique ou le streaming sont des pratiques plus individualistes. Les deux pratiques sont donc complémentaires et non substituables, tout le monde peut aussi bien regarder sa télévision la semaine et se faire plaisir le week-end en s’accordant une sortie cinéma.    

Le retour en arrière parait quasi impossible, jamais plus le cinéma ne volera la vedette au streaming, et pour cause : la pandémie a totalement changé le monde de la culture bien que, vous aurez toujours l’occasion de vous rendre au cinéma pour admirer les œuvres du 7e art sur grand écran  !