Pouce levé pour, Tendances

Pouce levé pour #1 – Les écoles des CM !

coup de coeur

A l’instar du bouton « J’aime » et pour accueillir comme il se doit le bouton « J’aime pas » de Facebook, nous avons décidé de lever le pouce – ou de le baisser -, une fois par semaine, en analysant une actualité du monde de l’influence. Bienvenue dans l’arène des César modernes !

Formation :  Community Manager

La révolution 2.0 vient enfin d’être prise au sérieux par l’univers de la formation ! D’une époque où certains confondaient encore souris (de veau), souris (Mickey) et souris (d’ordinateur), nous sommes passés à l’ère du « tout connecté » et de l’individu-média grâce, notamment, au développement fulgurant des réseaux sociaux. Et bien que seulement la moitié des entreprises européennes ont recours aux « social médias », de nouveaux métiers ont émergé et ceux que l’on considérait il y a peu comme des geeks à la limite de l’asociabilité sont devenus l’un des métiers du numérique les plus en vogue. Je veux bien entendu parler des Community Managers, autrement anagrammés CM ou, plus franchouillard, « Gestionnaires de communautés ».

Lorsque l’on sait que 45% des entreprises européennes sont inscrites sur au moins un réseau social, on comprend rapidement qu’elles recrutent des profils experts pour gérer leur image, la plupart du temps en « live » et en contact direct avec le grand public. C’est ainsi qu’une toute nouvelle génération de travailleurs est née, d’abord sous-estimée et composée de « jeunes prétendument geeks », elle devient aujourd’hui une profession à part entière, enfin considérée, qui requiert des connaissances techniques et des compétences toutes particulières : réactivité, curiosité, créativité, sang-froid (etc.) sont en effet autant de qualités qu’il faut posséder pour devenir l’un de ceux qui fédèrent des foules d’internautes autour des projets ou communications d’une entreprise.

Néanmoins, jusqu’à ce jour, peu de cursus scolaires étaient pensés pour acquérir directement ces notions et expertises, le profil type du CM était un millenial un peu débrouillard qui a appris « sur le tas ». L’ouverture, en 2010, d’un « Master of Science Communication Digitale et Community Management » à l’INSEEC Bordeaux a été l’occasion de combler ce manque et de donner enfin ses lettres de noblesse à un métier trop longtemps considéré comme dérisoire, volontiers raillé par les hautes sphères et souvent, disons-le, assez mal rémunéré.

Community Management : un VRAI métier

Pourtant, le Community Management est presque devenu un art, parfois dangereux lorsqu’il s’agit de traiter une crise 2.0 (coucou H&M !), très souvent contraignant car les réseaux sociaux ne s’arrêtent ni les week-ends, ni les soirées et qu’avec les smartphones est née la connexion H24. Lorsqu’on pense à toutes les innovations lancées par Facebook, Instagram ou encore Snap Inc., il paraît évident que chaque semaine, les CM doivent continuer à se former pour être à la pointe de leur utilisation. Une veille permanente associée à une nécessaire connaissance des métiers de la communication mais également du secteur business de son client. En effet, un CM consumer travaillant pour une entreprise de loisir n’aura pas la même stratégie et n’utilisera pas les mêmes canaux qu’un CM corporate communicant pour le compte d’un e-commerçant ; de la même façon, le social selling compte des spécialistes ayant une expertise bien différente de celle d’un twittos corporate ou du CM d’une relation client. Le community manager n’est pas un, il est multiple !

Si les spécialités sont aussi nombreuses dans le très mouvant web 2.0, il paraît tout à fait normal que des formations adaptées soient proposées à ceux et celles qui, demain, géreront l’image des plus grandes entreprises, le tout en étant intégré au plus près de métiers transverses tels que les « social media managers » – ceux qui gèrent les stratégies -, ou encore les « traffic managers », – ceux qui agrègent et analysent l’audience. Et lorsque l’on sait que l’insertion professionnelle des étudiants en E-marketing de l’IAE de Montpellier est de 91%, six mois après la sortie de leur M2, on se dit que de nombreuses écoles devaient rapidement miser sur ces formations évolutives !

Qu’on se le dise et qu’on le reconnaisse, le Community Management n’est pas affaire de simples clics et nécessite, de plus en plus, une formation avisée, basée sur la veille continue des professeurs/intervenants pour saisir toute la complexité des problématiques liées au web 2.0. Qu’il est loin le temps du simple « statut » sur Facebook ! Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont un canal de business comme les autres, qu’il faut savoir maîtriser à la perfection afin d’engager des communautés de plus en plus influentes et puissantes.

Et maintenant, au diable les : « Tu connais bien Snap machin, toi, tu pourrais pas faire un peu joujou avec le compte de ma boîte ? ».

Quelques formations CM :