Le chiffre hebdo, Médias

1 billion de dollars de pertes pour les GAFA

1 billion de dollars de perte pour les GAFA

Chiffre hebdo #35

8,2 milliards de $ de pertes chaque jour

Quelques chiffres hors norme

Après avoir atteint des sommets, les GAFA chutent à la bourse. Apple, la plus grande valorisation boursière de tous les temps, a perdu environ 25% de sa valeur depuis le 3 octobre dernier. De même pour Amazon, la seconde entreprise à avoir atteint le billion de dollars, qui en a perdu 270 depuis le mois de septembre. Facebook et Google ne sont pas en reste avec, respectivement, une chute de 40% et de 20% de la valeur de leurs actions. Au total, les 4 plus grandes entreprises du monde enregistrent une perte de 1 000 milliards de dollars pour les GAFA en 4 mois après avoir, pour deux d’entre elles, dépassé cette valeur boursière à Wall Street (Amazon & Apple). Sur cette période, cela représente une moyenne de 8,2 milliards de $ de dévalorisation chaque jour !

Pourquoi cette dévalorisation boursière ?

1000 milliards de perte - WallStreet

Les GAFA, chacune dans leur spécialité, sont les entreprises qui ont façonné la consommation d’aujourd’hui. On leur doit la démocratisation des téléphones intelligents, de l’accès illimité à internet, des livraisons rapides et du réseautage. Mais nous assistons sans doute à la limitation de leur surpuissance. En effet, la gestion des données personnelles est aujourd’hui un sujet qui est pris très au sérieux par les utilisateurs de ces plateformes. En plus de cela, ces entreprises ont chacune un boulet attaché aux chevilles et peinent à s’en débarrasser : Facebook et l’affaire des comptes manipulés pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, Amazon et les conditions de travail de ses employés, Google et ses abus de position dominante et enfin Apple et son optimisation fiscale poussée à son paroxysme, notamment en Europe. Ces affaires, qui ne sont pas les seules, sont à la fois récurrentes et désormais associées à l’image des GAFA.

Une nouvelle ère post-GAFA ?

La baisse des GAFA démontre ainsi que, comme le dit le fameux adage de Wall Street, « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». Les GAFA restent cependant les séquoias géants du web avec les plus fortes capitalisations boursières mondiales. Cependant, l’engouement fulgurant que ces entreprises peuvent prendre sur les marchés, comme nous le constatons, peut redescendre aussi vite qu’il est monté. Même si ces grandes entreprises mondiales semblent pouvoir moins se libéraliser que prévu, avec un recadrage étatique fiscal et moral, leur main mise sur les marchés et la production à forte valeur ajoutée leur promettent une hégémonie financière durable.

Rappelons que ces entreprises privées ont fait plier des États sur certains sujets, notamment la fiscalisation. De plus, l’une d’entre elle (Apple) possède une trésorerie quasi-équivalente aux PIB cumulés des 25 pays les plus pauvres du monde (268 milliards de dollars contre 285 pour ces nations). Et s’ajoute à cela une capacité d’adaptation rapide. Nous pouvons faire confiance aux géants du web pour s’acclimater aux nouvelles attentes des consommateurs et rester en place sur leurs marchés respectifs. L’utilisation plus éthique des Big Datas, de gré ou de force, par les GAFA devrait leur permettre de redorer leur réputation et ainsi de continuer leur règne.

Source : LeMonde