Influenceurs, Le portrait corporate du mois, Portraits HomePage, Rencontres

L’influenceur corporate de Février : @CamilleJourdain

Cover C. jourdain

« Le saviez-vous ? » : Twitter, c’est bon pour le business ! Et pour une fois, ce n’est pas nous qui le disons mais notre influenceur du mois qui, entre dispenses de cours, rédaction de tribunes et responsabilités chez WNP a trouvé le temps d’écrire un (bon) livre destiné aux professionnels et de s’adonner à l’aquariophilie ! L’occasion de tirer le portrait de ce jeune homme occupé du réveil jusqu’aux dernières heures de la journée.

Matinée télétravail ! 

8h08 : la tête encore pleine de rêves, il sort de son lit, se sert un cappucino brûlant et s’installe à sa table, face à son « bac » amazonien ; quelques minutes à regarder s’éveiller ses piranhas qui lui laissent le temps de repenser à ses années d’études… Ah, qu’elles étaient douces ces années d’école de commerce, « lorsque certains sortaient s’amuser mais que je me plongeais dans ma passion pour les réseaux sociaux… ». Et puis, ces stages passionnants chez « La Redoute » et son catalogue numérique, en passant par « Leroy Merlin » et sa librairie en ligne jusqu’à cette enrichissante expérience chez  « Marketing-etudiant.fr », la bonne idée de Thierry Debarnot… Les études et stages divers sont pourtant loin : il est temps de s’activer !


8h26 :  Après une bonne douche, il échange quelques mots avec sa compagne et tous deux prennent la route pour accompagner les enfants à l’école. De retour chez lui, il est ensuite grand temps de se lancer dans la « vraie » journée, celle qui débute en télétravail : connexion à Podio, le logiciel de gestion de projet en ligne qui le connecte à son agence WNP, pour découvrir les projets en cours pour « AccorHotels » ou « Tag Heuer » . Il est maintenant temps de grimper dans la voiture direction la CCI de Lille et son espace de coworking « Now Coworking » qui ouvrira en Mars les portes de son hub de blogueurs lillois.

NowCoworking

9h34 : Après un petit bonjour matinal à Florent Bertiaux, comparse blogueur, il lance sa boîte mail envahie de sollicitations, s’acharne à y répondre tant bien que mal mais déjà son esprit est attiré par le petit oiseau bleu coincé dans sa barre de favoris. Il est temps de le libérer et d’y veiller, à coup de listes, de recherches hashtaguiennes et autres stalks des profils (re)connus qui gravitent autour de ses thématiques favorites : socialmedia, CM, marketing d’influence, communication digitale… Dans les dédales de tweets, il se sent bien et c’est de cette routine quotidienne qu’il tire ses publications, quelques sujets de réflexion pour une tribune prochaine ou qu’il interagit avec sa communauté.


10h43 : un bâillement peut-être pour clore cet épisode qui lui rappelle grandement son activité de community manager, ce « mouton à 5 pattes » qui sait « créer des contenus, qui en fait la promotion et la diffusion sur les RS mais qui analyse aussi les chiffres, fait de la stratégie, identifie les bons contacts ». C’est avec un soupçon de nostalgie qu’il se remet derrière son ordinateur, branché sur Buffer, pour programmer et diffuser les contenus qu’il a produit via son blog ou via les medias numériques partenaires comme peut l’être WebMarketing-Com de son ami S. Lembert.


11h26: le téléphone sonne… A l’autre bout du fil, Xavier Blouet-Kraimps, Managing Partner WNP, pour un call de cadrage sur les dernières opérations ; le temps pour lui de réfléchir à la prochaine chronique qu’il va rédiger sur un cas client. Cette fois, ce sera sur les stories Instagram et sur une campagne innovante autour d’un GPS de stories réalisée pour Accor. Ça y est, le contenu vient d’être soumis sur le site « LesEchos » et paraîtra dans les jours à venir…


12h03 : … mais écrire pour les autres, c’est bien ! Ecrire pour son blog éponyme, c’est encore plus de liberté et d’analyse ! Un champ des possibles qui a débuté en 2008 alors qu’il était encore cet étudiant passionné par les réseaux sociaux et le temps réel de Twitter. Que d’évolutions depuis cette époque où la quantité et les formats courts primaient sur les articles d’analyse qui y fleurissent aujourd’hui ! Inspiré par Fred Cavazza ou Gregory Pouy, il s’était lancé dans cette aventure sans savoir que ce blog lui permettrait de se créer une certaine notoriété et de rencontrer tout un réseau de professionnels passionnés, inspirateurs-rédacteurs des thématiques qui habillent son quotidien ! Vint alors le temps de la monétisation grâce aux partenariats de brand content puis de la rédaction de son ouvrage « Tout savoir sur… Twitter. C’est bon pour le business ! » aux Editions Kawa grâce à la belle opportunité offerte par Xavier Wargnier. Aujourd’hui, le blog demeure une plateforme centrale malgré la multiplication des réseaux sociaux car elle permet de prendre la parole librement et d’analyser les dernières tendances en fonction de sa ligne éditoriale. Pour ce jour, ce sera un petit focus sur le marketing d’influence…


13h05 : Je lui passe un petit coup de téléphone…

  • Salut Camille, alors, aurais-tu une petite exclu pour moi ?
  • Salut ! Et bien, puisque tu parles de marketing d’influence, sache que mon prochain livre lui sera dédié… Stratégie et relations influenceurs en seront les sujets. Que dis-tu de cette exclu ?
  • Top ! J’en parlerai dans ton portrait alors… Merci !

Marketing d'influence

Aprèm vadrouille !

13h12 : Boulangerie, sandwich parisien et train vers la même direction… Le télétravail, c’est pratique mais une autre partie de sa journée est dédiée à l’événementiel et aujourd’hui, l’une des conférences tourne justement autour du marketing d’influence ; Guillaume Doki-Thonon, le fondateur de Reech, y dispense son expertise dans le cadre de « VivaTechnology ». Le digital, c’est bien mais pour rencontrer des marques, agences et autres clients potentiels, l’IRL, c’est beaucoup mieux ! Une fois sur place, les poignées de main s’enchaînent : on passe difficilement inaperçu avec 50,4K de followers Twitter ! Et puis, ce sera également l’occasion d’informer ceux qui ne peuvent être sur place par l’intermédiaire d’un live tweet de qualité ou par la retranscription de l’événement à travers un article de blog.

Vivatech

15h07 : L’une des conférences tourne justement autour du marketing d’influence ; on y parle évidemment de l’engagée micro-influence sur laquelle se penche de plus en plus les agences et on y aborde le levier principal du marketing d’influence : la création de contenus évidemment. Camille est dans son bain, comme un poisson dans l’eau. Au cours d’un échange, il dévoile son analyse : « Il faut miser sur les micro influenceurs pour maximiser les résultats et l’engagement. Il va falloir se démarquer et convaincre les marques de travailler avec eux en créant des contenus originaux qui seront analysés par les metrics suivantes : engagement (likes, RT etc…), tonalité (positif, neutre…) avec pour finalité des objectifs ROIstes business que sont l’augmentation des ventes et du CA. »


17h09 : Un petit tour par l’agence pour rester en contact avec les équipes et pour aborder un autre aspect de son métier : les RP 2.0. Ce n’est pas qu’il y rechigne mais la journée commence à être longue et la rédaction et l’envoi de CP autour des campagnes réalisées lui paraissent un peu ternes. Fort heureusement, Delphine Mazeau, la DirCom WNP est une super personne et le plaisir revient alors facilement et puis, le tout déborde sur ce qu’il aime tout particulièrement : la stratégie. Car il ne faut pas se le cacher, WNP jouit d’une visibilité moindre que les grosses agences parisiennes et l’un de ses objectifs est de faire en sorte que ce ne soit plus le cas. Alors il s’active, propose des prises de parole, place des speakers à des événements identifiés et aime donner des conseils d’ordre stratégique dans son domaine d’expertise.

WNP Opéra

19h43 : Aujourd’hui, il ne donnera pas de cours ni à l’ISCOM, ni à SKEMA, ni à l’ISEG, ni à des étudiants, ni à des professionnels ; cependant, ce n’est pas pour autant qu’il n’a pas le droit de partager une bière avec l’un de ses apprenants, pour échanger sur les thématiques abordées pendant ses cours et préciser, lèvres dans la mousse, un concept de communication digitale qu’il a évoqué au dernier cours. L’avenir du blog est au cœur du sujet et il enchaîne : « On est déjà passé du blog amateur au blog professionnel, avec des collaborations avec les marques ; on se dirige vers des contenus courts en vidéo, en audio mais aussi des contenus plus longs au format texte avec des analyses ; on aura de plus en plus de blogs collaboratifs type WebMarketing-Com et des blogs de niche type Influenth ; quel bon exemple que celui d’Eric Dupin, de Presse Citron, qui fait ses vidéos tous les lundis ; elles commencent à bien marcher et permettent d’aller à l’essentiel, de toucher une cible plus large avec plus de relais, notamment sur les réseaux sociaux. ». Lui aussi risque de s’y mettre mais « pas encore, pas encore »

ISCOM

21h12 : 1h de trajet, c’est presque trop peu. Trop peu pour se pencher sur la rédaction analytique d’une tribune mais largement assez pour se plonger dans… ses réseaux sociaux ! Un petit tour sur son Facebook pour rester un contact avec les potes, publication d’une storie sur Instagram, histoire de dévoiler les coulisses d’une de ses fins de journée et, bien sûr, quelques gazouillis sur Twitter pour répondre aux questions (pertinentes) qui lui sont adressées. 1h de réseaux sociaux, c’est 1h de bonheur, 1h de temps réel, 1h de productivité et 1h pour ne pas se laisser distancer sur les derniers usages… 1h, c’est déjà bien… Et lorsqu’il lui reste quelques minutes, c’est à son club de cœur, le LOSC, qu’il accorde son attention. Une passion transmise par son père avec qui il se rend souvent au Grand Stade en tant que fidèle abonné.


22h34 : Enfin chez lui, à Tourcoing ! Après un dîner avec sa petite famille pendant lequel ils échangent sur leurs journées respectives, il est désormais temps de rejoindre la petite bleue. Sa petite bleue, ce sont trois bacs avec des écosystèmes propres ; le premier, l’amazonien, dans lequel il « cajole » ses piranhas (à petits bouts de steaks hachés ?) ; le second, son favori, aux couleurs des caraïbes avec des Amphiprions (coucou Nemo !), des Flav’ et autres Demoiselles dont il prend le plus grand soin ; quant au troisième, un nanobac de 35 litres, c’est à un écosystème d’eau douce qu’il est réservé ! Au « menu » : escargots, crevettes et petits poissons. Il repense alors à ce bon vieux Bubulle, son poisson rouge d’enfant et se dit que c’est un peu grâce à lui qu’il profite aujourd’hui de cette passion marine débutée en même temps que sa vie estudiantine.

Nemo

23h25 : Un tendre bisou à sa chérie, un dernier coup d’œil sur le blog de Reech pour accéder aux résultats de leur dernière étude et des paupières qui se referment donc… sur l’avenir !

Piranhas