Le chiffre hebdo, Réseaux Sociaux

GoT : 54 millions de piratages en 24 heures

Source : Pinterest

Chiffre hebdo #43

L’épisode 1 de la saison 8 a battu un record du nombre de téléspectateurs… illégaux !

The night is dark and full of hackers …

La série télévisée la plus visionnée au monde démarre son ultime saison sur un paroxysme cinématographique… mais également illégal. Le premier épisode de la saison 8 de Game of Thrones, diffusé en avril, a été vu illégalement 54 millions de fois en 24 heures, selon l’institut Muso. L’étude révèle que 77% de ces visionnages proviennent du streaming et 12% de téléchargements. Le phénomène planétaire de Game of Thrones s’est propagé dans de nombreux esprits et a atteint des chiffres astronomiques dans le monde du streaming, sur les réseaux sociaux mais aussi sur les plateformes web !

Dans certains pays, cette pratique atteint même des records ! L’Inde, la Chine et les Etats-Unis arrivent en pole position avec près de 18,8 millions de téléchargements, tandis que la France se place en huitième position avec 1,3 million de piratages, selon le Figaro. La chaîne HBO enregistre quant à elle un record d’audience avec 17,4 millions téléspectateurs pour ce premier épisode. Rappelons que le final de la saison 7 en 2017, était jusqu’alors le grand gagnant en termes d’audience avec près de 16,9 millions de téléspectateurs et 120 millions de téléchargements en 72 heures…

Retour sur GoT (pour ceux qui sont coupés du monde)

Game of Thrones, c’est LA série aux milliards de dollars, avec des épisodes qui coûtent jusqu’à 15 millions chacun. C’est également 16 prix et 57 nominations avec des récompenses prestigieuses, sans compter les millions de fans désespérés de voir la meilleure série de l’histoire arriver à son terme. Basée sur la saga littéraire de George R.R. Martin, cette histoire a su toucher le cœur et l’âme de ses téléspectateurs et ce malgré un univers moyenâgeux, violent et sans pitié. La production a aussi su mettre en avant la place de femmes puissantes.

En dehors d’un casting aux têtes d’affiches charismatiques, les séries à succès concentrent des personnages cosmopolites. Du fait de leur histoire culturelle et sociale, les Etats-Unis sont naturellement composés d’une grande diversité ethnique qui amène un regard neuf à l’intrigue.

Néanmoins, l’engouement autour de Game of Thrones s’inscrit dans la lignée d’autres séries populaires. En parallèle de l’émergence d’internet comme média d’influence, les sociétés ont débuté une émancipation et une libération de la parole des populations qui ont su se faire entendre et passer des messages. A titre d’exemple, la communauté LGBT, avec l’avènement des réseaux sociaux, a pu se libérer de certains préjugés.

Quid des autres séries

Ainsi, la série Sex education met en avant la liberté de choix des jeunes quant à leur liberté sexuelle. Elle rend visible les difficultés rencontrées par les personnes transgenres par exemple. D’autres séries détaillent les problématiques liées à l’homosexualité avec la série Glee. De même, Shadowhunters reprend les tracas de la vie de couple avec le hasthag #Malec, particulièrement relayé sur les réseaux sociaux. Ces thèmes de recherche d’identité apparaissent aussi dans Sabrina, l’apprentie sorcière, puisque que l’amie de Sabrina, Susie Putnam est jouée par Lachlan Watson, une actrice non-binaire. De fait, les mouvements LGBT se réjouissent de la présence de personnage comme Susie et le partagent sur les réseaux sociaux.

Nous constatons que, dans les médias, l’émergence des sujets sociétaux s’appuie sur deux facteurs majeurs qui se renforcent l’un l’autre : les séries et les réseaux sociaux. Les séries permettent d’aborder certains sujets tabous tandis que les réseaux sociaux viennent, dans un second temps, libérer la parole à une échelle plus large puisqu’ils atteignent les publics extérieurs aux fans.

Source : Twitter @theirstorytv

La diversité de représentation de population dans les séries mobilise les communautés sur les réseaux sociaux. En effet, ce reflet d’une société cosmopolite permet une réelle identification de ceux qui visionnent et qui les relaient sur les réseaux sociaux. Ces internautes font passer un message en s’appuyant sur la légitimité et la popularité des acteurs.

Un lien puissant entre les réseaux sociaux et les séries !

Dimanche 21 avril au soir, la série est devenue la plus tweetée de l’histoire avec près de 7,8 millions d’internautes. Une part importante de ces derniers cite l’épisode (en exposant leurs théories et impressions) via les hashtags #GameofThronesSeason8 ou #GameofThrones.

L’instantanéité et la viralité qu’offrent les réseaux sociaux ont participé activement au succès de la série. En effet, les internautes ont été des millions à commenter chacun des épisodes. Les multiples références, les mèmes, les contenus animés (GIFs, montages vidéo, vidéos récapitulatives…) ont créé un phénomène de masse entraînant les non-initiés à se mettre à jour sur les épisodes qui agitent la toile à chacune de leur sortie. Aussi, un compte Twitter (au nom explicite) référence les montages vidéo sur la série et compte plus de 463 000 abonnés !

Force est de constater que la série ne manque pas d’être mentionnée sur les réseaux. Cette publicité est sans aucun doute la meilleure qu’un produit (bien, service, contenu visuel…) puisse s’offrir. La légitimité de la qualité des contenus est apportée de manière efficace par des individus lambdas, puisqu’ils ne tirent aucun intérêt du succès du produit qu’ils mettent en avant. Ce facteur, largement renforcé par les médias sociaux, représente sans aucun doute l’une des clefs de succès principale de la série. Impossible de ne pas avoir vu des tweets ou publications Facebook sur Game of Thrones. Au-delà des internautes en tant qu’individus, le succès de la série a aussi servi certaines organisations, comme Play International qui s’est appuyée sur sa popularité pour mettre en place une communication originale.

Sur le compte Facebook de la série, les photos et vidéos les plus diffusées sont les bandes-annonces des épisodes, vidéos récapitulatives, interview des acteurs, making-of. Par ailleurs, HBO publie aussi les meilleures punchlines de la série. Cette stratégie permet de conserver l’attention du public et de susciter l’intérêt d’un nouveau.

La série s’appuie donc sur les réseaux sociaux pour faire parler d’elle. Elle s’assure ainsi un maximum de visibilité en dévoilant des contenus inédits qui feront réagir sa communauté, et ça marche !

Source : Twitter @GIPHY

Netflix : Le roi du streaming

Dans notre société de consommation où nouveauté rime avec instantanéité, les plateformes de streaming savent se renouveler pour attirer toujours plus les consommateurs (offres attractives, séries innovantes voire exclusives…). Selon l’étude Harris Interactive pour l’observatoire Cetelem, 92% des français déclarent regarder des séries et 19% (majoritairement les moins de 35 ans) de manière illégale (streaming ou téléchargements).

Fondée en 1997, l’entreprise américaine Netflix bat actuellement tous les records. Avec près de 137 millions d’abonnés en 2018, la marque qui
propose un service de films en flux continu sur Internet est en première position sur son marché.

Grâce à une stratégie d’investissement rentable et au choix de proposer un contenu de qualité à prix réduit, la marque Netflix a su se poser en prescripteur de tendances. En effet, les séries Stranger Things, House of Cards, ou encore Orange is the new black ont permis à la plateforme de capter et de fidéliser les téléspectateurs. L’arme secrète de Netflix repose sur une ressource quasi-inépuisable de données grâce à la gestion des big DATA. En effet, pour faciliter les modes de consommations de ses contenus, le site s’appuie sur les données numériques et les habitudes de ses utilisateurs. Son objectif est de leur proposer une gamme de choix qui correspond à leurs attentes. Le fondateur, Reed Hasting, a ainsi révolutionné la manière de regarder les films et séries, en boudant la télévision, grâce à un modèle économique inédit. Cette stratégie lui a permis de s’élever au rang de géant économique avec 3 autres entreprises mondiales : Airbnb, Tesla et Uber. Les NATU sont en grande partie le symbole de l’”ubérisation” de l’économie, grâce aux technologies digitales.

L’émergence de nouveaux concurrents sur le marché du streaming

Néanmoins, la tendance du streaming a impliqué l’émergence de nouvelles plateformes qui pourraient s’avérer être de sérieux concurrents pour le leader mondial.

Ainsi, la marque Amazon a, dès 2013, initié des séries originales sur le site Amazon Prime comme Betas, Alpha House ou plus récemment Jack Ryan ou Hanna. La plateforme se lance d’ailleurs dans le projet ambitieux d’une adaptation en série de la célèbre trilogie du Seigneur des Anneaux.

En parallèle, de nombreuses grandes marques se lancent dans la course au streaming, notamment Disney avec le rachat des séries et films liés à l’univers de Marvel et le catalogue de Hulu, un site web de VOD américain. Ainsi, fin 2019, la marque lancera la nouvelle plateforme “Disney +” avec l’intégral des films Disney, des films Marvel, de la saga Star Wars mais également des séries originales comme le reboot de High School Musical ou encore sur le personnage Loki issu de l’univers Marvel.

En France, avec la sortie de la saison 8 de Game of Thrones, le bouquet de chaîne OCS affiche un taux de visionnage en hausse de 435%. Quant à son partenaire américain HBO, il enregistre pour sa part 270% de téléchargements supplémentaires. Le bouquet offre un contenu en temps réel aux fans de la série en diffusant tous les dimanches à 3 heures du matin un nouvel épisode inédit. WARNING : il n’en reste plus qu’un à découvrir !

Source : Presse Citron