La plume du lundi, Médias

2019 s’annonce comme l’année du smartphone pliable

Source : Fandroid

Voici la plume du lundi #62 revenant sur les informations importantes à retenir au cours de la semaine écoulée sur le web social.

L’info business de la semaine

2019 s’annonce comme l’année du smartphone pliable

Source : ecranmobile.fr

C’est une guerre sans fin à laquelle les fabricants téléphoniques se livrent depuis quelques années : les nouveautés relatives aux smartphones. Telle une industrie tendancieuse, les nouveautés sur le marché des smartphones interviennent désormais de façon constante. Des générations de téléphones classiques (avec touches) aux écrans tactiles, puis aux écrans incurvés, la concurrence est particulièrement rude dans ce secteur ces dernières années. Et aujourd’hui, une annonce toute particulière nous est faite par différentes marques. Celle qui n’était qu’une simple rumeur depuis quelques années devient bel et bien une réalité : les smartphones pliables seront bientôt lancés sur le marché courant 2019.

Différentes officialisations auront lieu cette année. Ainsi, le géant de l’électronique Samsung s’apprête à distribuer sur le marché son premier smartphone pliable baptisé Samsung X. La firme a fait du téléphone pliable sa priorité, depuis 2016, les rumeurs prédisaient sa commercialisation imminente. C’est au premier trimestre 2019 que serait présenté le fameux Samsung Galaxy X. Côté concurrence, Huawei annonce également le lancement de son smartphone pliable avant celui de Samsung. Ce sont presque toutes les grandes marques qui s’apprêtent à se lancer sur cette innovation produit. Les consommateurs doivent s’attendre à une pléthore d’offres pour lesquelles aucun fabricant ne compte rester en retrait.

Source : RTL

Le chiffre de la semaine

Amazon est soupçonné d’avoir détruit 3 millions d’objets en 2018

Source : telerama.fr

C’est une polémique de plus à laquelle le géant du commerce électronique doit faire face. A la suite de nombreuses investigations des reporters du magazine Capital, la firme est pointée du doigt pour sa mauvaise gestion des produits non commercialisés. L’entreprise est accusée de détruire délibérément ses invendus afin de bénéficier d’espaces de stockage plus importants pour les nouveaux articles. Difficile pour Amazon de nier les faits car ces révélations ont été mises en lumière par une caméra cachée montrant ces opérations à Saran (Loiret), l’un des entrepôts français de la firme.

La destruction massive des produits invendus, ou en défaut de fabrication, est une pratique appliquée par le géant Amazon. Ce procédé est légal puisqu’il figure dans les clauses des contrats signés avec les vendeurs. Mais cette pratique suscite de vives critiques ! En effet, cette politique mise en place par Amazon a un impact climatique important, lors de la destruction des produits certes, mais aussi parce que ces derniers ont été conçus inutilement et l’impact environnemental de leur conception (notamment pour l’électronique) est très élevé. De plus, ces destructions massives sont perçues comme du gaspillage. Ces objets pourraient être redistribués à des associations par exemple.

Certains vendeurs contactés rappellent que la clause de destruction des produits invendus est la solution pour éviter de payer des frais de stockage élevés (estimés à 26 euros par m³ dans un premier temps, 500 euros au bout de 6 mois, et 1000 euros après 1 an d’exploitation). Malgré sa croissance remarquée, la firme continue d’être citée dans divers scandales.

Source : telerama.fr

L’innovation de la semaine

Un outil de pétition en ligne verra bientôt le jour avec Facebook

Source : numerama.com

Les pétitions en ligne ont envahi l’espace public ces dernières années. Elles sont devenues un moyen d’expression populaire face aux puissances gouvernementales et économiques. L’un des faits marquants de ces derniers mois a été le lancement du mouvement des gilets jaunes, qui a suscité un tollé sur le net, récoltant plus d’un million de signatures sur le Web. Facebook s’est rapidement rendu compte de la montée en puissance de ce mode d’expression auprès de ses usagers.  Ainsi, en début de semaine dernière, le site d’information Techcrunch a révélé le lancement d’une fonctionnalité Facebook qui permettra bientôt de créer une pétition baptisée Community Actions.

Le géant des réseaux sociaux décide de renouer avec la politique malgré le scandale lié à la fuite des données personnelles. Grâce à cette fonctionnalité, les utilisateurs auront désormais la possibilité de créer une pétition en ligne afin d’interpeller les responsables locaux sur différents sujets. Les participants auront donc la possibilité de signer une pétition par un simple clic. L’option sera d’abord disponible aux États-Unis avant d’être étendue à l’échelle mondiale.

La firme emboîte le pas d’autres sites de pétition en ligne comme change.org et unepetition.fr qui ont marqué ce paysage numérique ces dernières années. Nous assistons à une éclosion d’une démocratie 2.0 qui s’impose dans le paysage politique en devenant un puissant moyen de pression à l’égard des dirigeants. Facebook pourra compter sur ses 2.27 milliards d’utilisateurs pour mieux se positionner sur le terrain de l’expression citoyenne.

Source : numerama.com

La com de la semaine

Tinder décomplexe le célibat via sa campagne “Single not sorry”

Source : danstapub.com

Le marché de l’amour en ligne est en plein boom ces dernières années. Un succès qu’il doit en partie aux nouvelles technologies qui ont rendu les interactions entre usagers encore plus rapides. La découverte de l’inconnu(e) n’a jamais autant compté. Ainsi, pour rencontrer d’autres célibataires, certains se précipitent sur internet et sont invités à remplir des fiches de renseignements pour être mis en relation avec des personnes partageant les mêmes aspirations. Les sites de rencontre comme Tinder et autres font la pluie et le beau temps des rencontres amoureuses de la décennie 2010.

En effet, la plus populaire des applications de rencontre a récemment lancé sa campagne dénommée « Single Not Sorry » invitant les célibataires à plus de sérénité. Profiter de nombreuses rencontres qui leur sont proposées sur le site, c’est la démarche voulue par Tinder, l’application aux 4 millions d’abonnés. Cette dernière a noué un partenariat avec l’agence de communication Wieden+Kennedy pour une première campagne de communication qui a débuté avec une série de publicités d’affichages mettant en vedette des femmes libres de faire ce qu’elles veulent, quand elles veulent. Cette représentation du célibat d’aujourd’hui se traduit par des personnes confiantes qui restent en quête de nouvelles expériences.

Nous retrouvons plusieurs déclarations qui découlent de cette philosophie : “Libre d’oser”, “Libre de ne pas avoir d’horaire”, “Libre d’improviser”, “Libre d’explorer”.

Source : La réclame