Le chiffre hebdo, Réseaux Sociaux

170 000 abonnés au lancement de « Truth Social », le réseau social de Donald Trump !

Stefani Reynolds / AFP

Ce lundi 21 février 2022, Trump lançait son propre réseau social intitulé « Truth Social » (« la vérité sociale » en français). L’ancien Président des États-Unis présentait ce réseau comme une alternative à Twitter, Facebook et YouTube. Vingt-quatre heures après son lancement, l’application comptait déjà plus de 170 000 abonnés.

Très fortement inspiré de Twitter, le réseau social utilise la technologie de Mastodon, l’alternative libre au réseau social américain.

Les origines de Truth Social

L’histoire de ce réseau social est avant tout une vengeance de la part de Donald Trump. Banni à vie de Twitter le 8 janvier 2021, puis de Facebook, après avoir encouragé les émeutiers qui ont pris d’assaut le Capitole le 6 janvier 2021, l’ex-Président était en manque de son réseau social favori. En effet, ce dernier est considéré comme un utilisateur compulsif de Twitter, tweetant des dizaines de fois par jours durant son mandat.

L’idée remonte à mai 2021, fatigué de la « censure » présente selon lui sur les réseaux sociaux américains, Trump mettait alors en ligne From the desk of Donald Trump, un site web sur lequel il publiait des messages brefs. Mais après un mois d’activité à peine, From the desk of Donald Trump fermait déjà, en raison d’un très faible nombre de visites.

Six mois plus tard, il annonçait le lancement à venir de Truth Social : Une plate-forme créée pour « s’élever contre la tyrannie de Big Tech » et « donner une voix à tout le monde ». 

Selon Franceinfo, “Ce projet de réseau social date d’octobre 2021. On l’annonçait déjà comme un média d’ultra droite. Ça se construit comme l’alternative viable à ces réseaux sociaux dits progressistes ou libéraux qui sont censés être ralliés aux démocrates”, explique Alexis Pichard, docteur en civilisation américaine.

D’après différents communiqués, 1,25 milliards de dollars seraient disponibles pour partir à l’assaut de ses concurrents sur le marché déjà très encombré des réseaux sociaux prisés des ultra-conservateurs comme Gettr, Parler ou encore Gab. Donald Trump et son équipe s’activent d’ailleurs à trouver des partenariats, notamment avec Rumble, une plateforme de vidéo non modérée, alternative à YouTube pour la diffusion de vidéos sur l’application.

truth social
Image & Source : ©Le Monde

Des débuts chaotiques

Disponible uniquement sur Apple et aux États-Unis, l’application a explosé les records de téléchargements à sa sortie, ce qui a engendré quelques bugs techniques. Quelques heures après, de nombreux utilisateurs ont indiqué ne pas avoir accès au réseau social recevant des messages d’erreur lors de l’installation. Pour les plus chanceux d’entre eux, ils se voyaient mis sur une liste d’attente, le message suivant comme unique réponse : « En raison d’une demande massive, nous vous avons placé sur liste d’attente. Nous vous aimons et vous n’êtes pas qu’un simple numéro pour nous. » Le site internet, de son côté, affichait une « erreur réseau »

twitter
Image & Source : ©20Minutes  

Toutefois, des personnalités proches de l’ex-Président ont eu accès à une version test de l’application avant son lancement. C’est le cas, notamment de l’élue républicaine Marjorie Taylor Greene, familière des théories complotistes, qui a publié dimanche des captures d’écran de ses premiers messages sur Truth Social :

« Étant la seule membre du Congrès dont le compte Twitter personnel a été interdit, je sais ce qu’ont dû endurer des millions de conservateurs qui ont vu leur liberté de parole volée par les géants de la tech car ils ne voulaient pas répéter bêtement les discours autorisés », a-t-elle publié depuis son compte d’élue.

Donald Trump Junior, fils de l’ex dirigeant, a également tweeté « Le temps de la vérité est venu. » accompagné d’une capture d’écran d’une publication de son père sur son réseau : « Soyez prêts ! Votre Président favori est de retour ! »

twitter
Image & Source : ©EuroNews

Trump Media & Technologie Group, la maison mère de Truth Social, prévoit que l’application soit pleinement opérationnelle d’ici le mois de mars.

Les conséquences sur 2024 

Le lancement de ce nouveau réseau social n’est pas anodin. Donald Trump joue non seulement son retour médiatique, mais aussi son retour possible en politique. Selon les observateurs américains, cela représenterait une brique de plus à la campagne présidentielle de 2024.

En effet, les élections de mi-mandat se tiendront en novembre 2022 et permettront aux Américains de voter pour conserver ou renouveler les 435 élus de la Chambre des Représentants et un tiers des 100 sénateurs. Si jusqu’à peu, les Républicains restaient fidèles à leur ancien Président, cette fidélité commence à s’essouffler et ce n’est pas la seule ombre au tableau. L’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021 dévoile de jour en jour des éléments accablants qui dessinent le tableau d’un président prêt à tout pour s’accrocher au pouvoir.

Comme pour en rajouter, le dernier message public de l’ex-Président, publié le 4 février 2022 sur Truth Social, a pris la forme d’un communiqué consacré au mouvement du « convoi de la liberté » canadien, qui a bloqué pendant plus de trois semaines le centre d’Ottawa. Donald Trump y déroule ses critiques habituelles contre la « censure » exercée, selon lui, par Facebook et Twitter, et se réjouit que le convoi « s’apprête à venir à Washington pour protester contre les règles ridicules érigées par Biden contre le Covid ».

Aucune réaction, mais ce message semble être un avant-goût de ses posts à venir, toujours plus excentriques et engagés les uns que les autres.